Les réseaux sociaux, un formidable levier d’employabilité!

Manager dans un cabinet de conseil et spécialiste du numérique, Sébastien Bourguignon répond aux questions du Sorbonn@ute relatives à la manière de se démarquer et de démontrer sa créativité sur les réseaux sociaux.

Editor's note:

Click on image for original article.

By:
Paris 1 Panthéon-Sorbonne
January 26, 2017

Les réseaux sociaux peuvent-ils permettre d’améliorer et de booster son employabilité ?

"Sans aucun doute ! Les réseaux sociaux sont un formidable levier d'employabilité par trois capacités qu'ils donnent :

1.  pour se former et s'informer sur son secteur d'activité et les changements en cours relatifs à son emploi ou à son entreprise,

2.  pour communiquer et se faire connaître, en particulier pour démontrer ses compétences,

3.  et, forcément, pour entrer en contact avec les décideurs ou les professionnels d'une entreprise ou d'un secteur, afin d’en apprendre plus et de réussir à se faire embaucher."

 

Comment procéder pour trouver ou changer de job grâce aux réseaux sociaux ?

"Pour moi, il y a deux axes à utiliser en parallèle et de manière non exclusive : une stratégie de contenu et une démarche réseau avancée.

Commençons par la stratégie de contenu : il s'agit là d'une pure stratégie marketing que les entreprises connaissent bien par le biais de ce que l'on appelle de l'‘Inbound Marketing’. Cela consiste en la création de contenu à destination d'une cible d'audience que seront les recruteurs et les décideurs des entreprises ou du secteur d’activité dans lequel vous souhaitez vous faire embaucher. Il y a deux techniques pour se faire : la curation et la publication. La curation, comme monsieur Jourdain, vous le faites déjà sûrement mais sans le savoir. Les principes sont simples et permettent à la fois de pratiquer sa veille et de la partager sur les réseaux sociaux tout en l'editorialisant avec ses propres éléments de synthèse ou d'analyse. Cette pratique peut être outillée de nombreuses manières : Feedly, Twitter ou les alertes Google, par exemple, pour être alimenté en sources ; ‪Scoop.it ou elCurator pour l'editorialisation et le partage ; voire même un blog WordPress comme je le fais personnellement. La publication, quant à elle, induit un niveau d'investissement et d'exposition supérieur. L'idée ici est de rédiger ses propres contenus, des articles ou des billets de blog, sur des sujets sur lesquels vous allez exprimer vos compétences et vos expertises. Il s'agit, pour moi, du meilleur levier pour sortir du lot et se faire connaitre par des employeurs potentiels ou, en tout cas, de le mettre en avant sur un CV et en entretien. Là aussi, cela passe par quelques outils : des plateformes comme Medium, LinkedIn Pulse ou encore WordPress ou Blogger, mais vous pouvez surtout utiliser des portes d'entrée disponibles sur des sites à forte visibilité comme Les Echos, l'Obs ou Le Journal du Net pour ne citer qu'eux. Il existe des mécanismes de modération avant que votre article soit publié, mais c'est une stratégie de communication redoutable pour se faire connaître auprès des décideurs et des recruteurs.

Ensuite, utilisez les réseaux sociaux dans le cadre d'une démarche réseau active : c'est un facteur de réussite important pour changer de job. Reprenons les bases de la démarche en tant que tel. Traditionnellement, l’idée est de rencontrer un maximum de personnes dans son réseau pour leur demander non pas un job, mais d’échanger avec elles sur votre projet professionnel et voir avec elles si, par hasard, dans le secteur ciblé ou même dans une entreprise donnée, elles ne connaitraient pas quelqu’un qui serait enclin à vous donner du feedback sur votre projet. La pratique consiste donc à solliciter ses contacts de niveau 1 qui joueront la recommandation avec des contacts de niveau 2 pour vous, de manière à élargir votre périmètre de rencontres. C’est une démarche qui existe depuis toujours et qui a largement fait ses preuves. Maintenant que les réseaux sociaux existent, cette démarche peut être accélérée : ainsi, vous pouvez tout à fait contacter des personnes de niveau 2 ou 3 en direct, même si cela sera probablement un peu moins efficace, pour leur demander si elles accepteraient d’échanger avec vous sur votre projet professionnel. Par ailleurs, si vous avez ciblé une personne bien spécifique dans une entreprise, il vous sera assez facile, grâce à LinkedIn en particulier, de trouver dans votre réseau un contact de niveau 1 qui pourra vous donner des informations ou même vous faciliter la rencontre ou la connexion."

 

Quelle étape incontournable est bien souvent oubliée ou gérée à la légère, alors qu’elle peut se révéler cruciale ?

"Disposer d’un profil irréprochable sur les réseaux sociaux ! Pour moi, cela implique des basiques comme une photographie de profil professionnelle, qui peut être décalée, mais la réalisation doit être irréprochable. De ce fait, il faut éviter les photos faites en selfie sur un smartphone ou encore les photos de vacances découpées ou arrangées pour rentrer dans la case. Par ailleurs, cette photo doit être uniforme sur tous vos profils en ligne de manière à ce que vous soyez facilement identifiable d’un réseau à un autre, d’autant plus lorsque vous avez beaucoup d’homonymes.

Ensuite, la biographie est une partie primordiale du profil. Elle permettra à quelqu’un qui ne vous connaît pas de disposer d’une vision claire et rapide de qui vous êtes, quels sont vos atouts et vos aspirations en quelques mots ou quelques phrases suivant l’espace dont vous disposez. Les premiers mots sont importants car ce sont eux qui ressortiront dans les moteurs de recherche. Une zone importante, en particulier sur LinkedIn, est la "headline", cette zone d’expression inscrite sous votre nom et prénom sur votre profil et qui apparaît dans le résultat de recherche de LinkedIn. Elle doit accrocher l’œil, donner envie en quelques mots et en quelques pictogrammes de cliquer sur votre profil pour en savoir plus, et peut être les amener à vous contacter.

Si on se concentre sur LinkedIn, et Facebook d’ailleurs, il faut prendre le temps de décrire, de manière explicite et uniforme, l’ensemble de vos expériences professionnelles et des entreprises dans lesquelles vous les avez eues. Cela peut sembler évident, mais combien de profils n’exposent qu’un simple libellé de poste qui, parfois, est tellement contextuel qu’on ne peut pas imaginer ce à quoi cela correspond sans plus de détails !

Les coordonnées sont importantes et, par-là, j’entends une adresse mail bien entendu mais aussi les coordonnées téléphoniques. Sur ce dernier point, j’entends souvent cette réflexion qui voudrait que, parce que votre numéro est lisible de tous, cela générerait des risques de spam ou d’appels non sollicités. Et bien, selon mon expérience, depuis presque trois ans maintenant, ce n’est pas le cas et, pour le coup, je suis pas mal exposé. Je n’ai jamais été sur-sollicité : en revanche, cela a souvent été générateur d’opportunités, car c’est bien cela l’objectif.

Il existe des dizaines d’astuces en fonction des réseaux sociaux pour avoir un profil performant, bien construit et complet. C’est pour moi LE facteur clé de succès pour commencer à générer de la visibilité, des contacts et pourquoi pas se faire repérer par un chasseur ou un recruteur. Pour être encore plus efficace, il faudra veiller aussi à avoir utilisé les mots clés les plus pertinents liés à votre profil, et se mettre à la place des recruteurs en se demandant quels sont les mots clés qu’ils utiliseront pour trouver un profil comme le vôtre."

 

Est-ce encore possible de se démarquer sur les réseaux sociaux ? Si oui, comment ?

"Bien sûr qu’il est encore possible de se démarquer sur les réseaux sociaux. Je croise régulièrement des personnes qui émergent en peu de temps sur les réseaux sociaux, en en exploitant les codes de manière maline et pertinente. Pour se démarquer, commencez par publier, vous exprimer. Prenez position sur les sujets sur lesquels vous avez vos expertises et exprimez-les ! Bien évidemment, il faut s’élancer sur la plateforme la plus adéquate pour le faire : on en a cité quelques-unes plus haut, afin de pouvoir toucher une audience qui correspondra à la cible des personnes auprès desquelles on souhaite être visible. Vos contenus doivent être de qualité et ne pas faire votre promotion, mais donner de la matière utile à vos lecteurs, leur apporter suffisamment de valeur pour qu’ils se rappellent de vous, voire qu’ils vous mentionnent et vous recommandent.

Un autre moyen que je ne peux que conseiller, c’est de rencontrer des personnes qui se démarquent elles-mêmes sur les réseaux sociaux. Avec une approche humble, vous avez toutes les chances de pouvoir les rencontrer, pour un café, un déjeuner ou un diner, et ainsi échanger avec elles sur vos pratiques respectives des réseaux sociaux. En ce qui me concerne, je rencontre régulièrement des professionnels de mon secteur qui sont en visibilité par le biais de leurs contenus ou de leurs prises de position, tout comme de leur utilisation des réseaux sociaux pour échanger avec eux, challenger mes pratiques, partager mes expériences et les confronter aux leurs. C’est toujours enrichissant et cela vous donnera la plupart du temps des insights précieux pour améliorer votre utilisation des plateformes et vous permettre de plus en plus de vous démarquer."

 

Comment démontrer sa créativité sur les réseaux sociaux ?

"Tout est ouvert de ce point de vue ! Il faut juste que vous vous sentiez en accord avec ce que vous voulez faire. Basez-vous encore une fois sur vos compétences et vos expertises naturelles : ces points forts seront vos meilleurs atouts sur les réseaux sociaux. Si vous êtes doué sur les outils comme PowerPoint, dans ce cas, Slideshare est un espace d’expression et de créativité incroyable. Si, en revanche, vous avez développé des expertises sur la photo ou la vidéo, dans ce cas, vous pourrez vous orienter plus facilement vers Instagram ou YouTube. Enfin, si vos points forts sont sur l’expression écrite, le champ des possibles est encore plus grand.

Regardez ce que les autres font, ceux qui « réussissent », que les gens suivent. Inspirez-vous des bonnes idées et réadaptez-les ! Cela peut sembler évident mais cela vous donnera des bons leviers de créativité pour initier des projets dans lesquels non seulement vous pourrez exprimer la palette de vos talents, mais en plus sur des idées qui auront déjà fait leurs preuves. L’idée n’est pas de jouer le « Me too » forcément - et encore, c’est une stratégie qui fonctionne dans l’écosystème startup - mais de trouver votre touche, le modèle qui fonctionne pour vous, qui vous motivera à vous exprimer aussi bien par le fond que par la forme.

Associez-vous aussi à d’autres. Des sociaunotes comme vous sont sûrement à la recherche de personnes intéressées pour développer des projets sur les réseaux sociaux. En lien avec ma précédente réponse, en rencontrant des individus qui ont déjà réussi, vous n’êtes pas à l’abri d’avoir des propositions de collaboration : cela arrive de trouver un partenaire au long cours sur un projet sur les réseaux sociaux."

 

Quels conseils donneriez-vous à un étudiant ou à un diplômé pour booster son employabilité ?

"N’ayez pas peur de vous lancer et de vous mettre en avant. Le sujet n’est pas d’être prétentieux ou narcissique, mais de savoir dépasser ses peurs pour se lancer à l’eau. Développez des projets pendant vos études sur les réseaux sociaux, exploitez les pendant votre cursus pour présenter, par exemple, des résultats de thèses ou d’études de cas. Commencez le plus tôt possible à développer votre réseau, même s’il n’est jamais trop tard. 

Utilisez les réseaux sociaux pour rencontrer des professionnels dans le secteur ou les entreprises cibles que vous aurez identifiés pour votre job de demain. Dans ce cas, la démarche réseau est d’ailleurs celle qui fonctionnera toujours le mieux pour avancer et défricher les différentes hypothèses afin d’identifier celle qui donnera lieu à un emploi. Vous pourrez ainsi commencer à vous confronter à la réalité de ce que vous recherchez comme travail et obtenir du feedback de la part des professionnels que vous rencontrerez."

 

Un compte LinkedIn complet peut-il remplacer un CV ?

"J’en suis sûr, et j’aimerai d’ailleurs que cela devienne un standard. En 2017, et à l’heure du tout numérique, il n’est plus possible d'imaginer que le CV et la lettre de motivation traditionnels sont encore les seuls outils qui permettent de postuler à un job ou de se présenter lors d’un entretien d’embauche. Un profil complet sur LinkedIn est même souvent bien plus riche d’enseignements qu’un CV d’une page Word pour ceux qui réussissent, ou un CV à rallonge de 10 pages que l’on voit souvent dans le monde du conseil. Alors, mesdames et messieurs les recruteurs et chasseurs qui lisez ces quelques lignes, faites bouger les choses : LinkedIn est un formidable outil pour trouver les bons profils mais aussi pour gagner et faire gagner du temps à tout le monde dans des processus de recrutement de plus en plus longs et complexes. Gageons que dans les années à venir, le profil LinkedIn remplacera tout simplement le CV et la lettre de motivation !"

 

Sébastien Bourguignon est manager dans un cabinet de conseil et spécialiste du numérique. Passionné par l’innovation, le numérique et les startups, il a créé un blog pour y partager l’actualité autour de ces sujets. Il a aussi développé le projet #PortraitDeStartuper dans lequel des entrepreneurs partagent leurs parcours de startupers. Enfin, il est l’auteur de Portraits de startupers – édition 2017 aux éditions Maxima.

 

#LeSorbonnaute

© Photo / Edelman Digital